• Au nom de quoi déjà?

    Imprimer

    Des milliers de catholiques manifestent à Paris pour la sauvegarde du mariage exclusivement entre un homme et une femme. Ou un truc comme cela, ils ne sont pas d'accord entre eux.

    Ce doux sacrement symbolique que l'Eglise aura vite fait de proposer aux couples homos dès la loi votée afin de faire rentrer un peu de pépites dans l'escarcelle ecclésiastique. L'hypocrisie est comme l'argent, elle n'a pas d'odeur! Et de plus, l'encens camouflera une éventuelle odeur de souffre. Ces petits batraciens de bénitiers  affublés de leur pancarte aux slogans homophobes m'écoeurent, ils se prétendent les gardiens de la filiation naturelle, d'un symbole ancestral.

    Qu'on se le dise, eux, ils savent déjà, l'ordre moral mondial est menacé!!!! Il faut après le soldat Ryan, sauver cet enfant qui subit ces couples pervertis, dépravés, ce pauvre hère mineure qui doit certainement passer toutes ses soirées en boîte de nuit sur un son techno aux lumières psychés couché sur une banquette en attendant que ses 2 papas finissent de sodomiser le tonton ( qui est l'époux de la tantine qui a enfin fait son coming out après 3 gosses faits à son horrible mégère mais ça c'est une autre histoire)...Non? C'est pas ainsi les soirées quand on a deux papas ou deux mamans? 

    Et je regarde ces images pathétiques  et loufoques de tous ces personnages défilant en costume d'époque, pour Madame, jupe bleu marine, petit chemisier au col Claudine protégé par un manteau en loden tyrolien dans la même teinte foncée pour respecter l'harmonie des couleurs et pour Monsieur, le parfait complet velours côtelé  verdâtre ( qu'il sort le dimanche de messe qd la chasse est fermée) accompagnés de leurs petits bien coiffés aux déguisements assortis aux parents bien évidemment. Ils sont tous si certains, convaincus d'être le seul modèle pouvant sauver leur Belle France.  Tant d'énergie déployée au profit de quoi? de qui?

    Je me réjouis en ce dimanche de 21ème  siècle d'être sur ce territoire belge, non républicain, à regarder mise au point traitant d'une femme chapeautée aux allures Bettencourtoises et au fort accent hispanique à qui on va retirer son argent de poche et me remémore les beaux couples homos qui l'entourent et qui chérissent leur petit.

    Des petits sans loden qui iront certainement militer avec leurs parents en faveur d'un monde plus serein, plus égalitaire aux libertés qui profitent à tous où l'épanouissement personnel naîtra d'une réflexion sur ce que le monde peut nous apporter, où tous les chemins seront tolérés, où l'amour n'aura plus de genre. Des petits qu'on retrouve lors de journées intermondialistes, aux petits déj' du commerce équitable... Ce petit bonhomme ou cette petite fille qui pourra même amener à la maison un copain de l'autre sexe et pourra même coucher avec lui et même l'aimer et même l'épouser. Waouw!

    Oui, n'en déplaise à certains, les PD ne font pas des gosses PD. Et j'ajouterai ceci, des familles "Loden bleu marine" engendrent parfois, en moyenne 2 enfants sur 10, un enfant homosexuel. Aaaargh... On ne leur avait pas dit cela, sinon Mr et Mme Loden auraient pratiquer l'abstinence 1 fois sur 5!

    En y réfléchissant un peu, honnêtement, lesquels de ces enfants ont le plus de chance selon vous?

  • L’argent souverain doit revenir au peuple!

    Imprimer

    Communiqué de presse du Centre d’Action Laïque


    L’argent souverain doit revenir au peuple !


    La presse nous apprend, ce 9 janvier 2013, que la reine Fabiola a créé une fondation intitulée « Fons Pereos » destinée à administrer ses biens lors de sa succession. Les objectifs annoncés par cette fondation, ainsi que son existence même, posent question aux citoyens que nous sommes.

    Sur deux questions de principe, d’abord.

    En premier lieu, les biens de la famille royale proviennent essentiellement des dotations que leur octroie l’Etat. C’est donc, au départ, de l’argent public qui lui est alloué, au titre de la fonction de chef de l’Etat que remplit le roi. Un éventuel « trop-perçu » ou un solde positif au décès du souverain devrait donc, en toute logique, revenir à l’Etat, c’est-à-dire au peuple belge. Et a fortiori s’il s’agit de la succession d’un membre non régnant de ladite famille. Il existe un précédent : la Fondation Astrida, créée par le roi Baudouin un an avant sa mort, répond aux mêmes objectifs que le Fons Pereos. Astrida avait été est reconnue d'utilité publique par la Justice. Mais Le Soir a révélé, l’an dernier, que 60% des dépenses de cette « fondation publique » servaient à financer les voyages des neveux du couple royal.

    Ensuite, il est patent que les fondations Astrida et Fons Pereos sont constituées dans le but, notamment, d’éluder les droits de succession. Dans le cas de Fabiola, selon Sud-Presse, en l’absence d’héritiers directs, ceux-ci s’élèveraient, pour un citoyen lambda, à quelque 70%, sur une somme qui devrait avoisiner les 50 millions d’euros. La constitution d’une fondation permet, selon les termes choisis de la presse, « d’éviter cet écueil ». En réalité, il s’agit exactement de la même astuce qu’a utilisée le milliardaire français Bernard Arnault en s’installant en Belgique, afin de bénéficier, au travers de ses fondations familiales, d’un système grâce auquel échapper aux droits de succession et au fisc français. On sait le tollé que cette affaire a suscité chez nos voisins du sud – et il ne s’agissait même pas, en l’occurrence, d’argent public.

    Au-delà des principes, et sans négliger ceux-ci, on doit s’interroger sur les objectifs de cette fondation. Ils sont au nombre de quatre :

    Le premier est qualifié de « philanthropique » : aider les membres de sa famille. On ignorait que les membres de la multimillionnaire famille royale et de sa branche espagnole de Mora y Aragón fussent dans le besoin. Les quelque 17% de Belges vivant sous le seuil de la pauvreté apprécieront sans nul doute ce geste généreux de celle qui fut « leur » reine.

    Le second, qualifié d’historique et culturel, est censé promouvoir les œuvres et la mémoire du couple royal. On attendra d’en savoir davantage sur le contenu exact de ces œuvres pour émettre un avis.

    Un troisième objectif du Fons Pereos est de venir en aide à la Fondation Astrida, dont on a lu ci-dessus qu’elle répond aux mêmes objectifs que le Fons Pereos, et vise donc notamment à éluder l’impôt.

    Enfin, le 4e objectif est particulièrement interpellant pour le Centre d’Action Laïque, puisqu’il s’agit, ni plus ni moins, que  « d’encourager des institutions catholiques ». Il nous paraît complètement hors de propos, indéfendable et indécent que l’argent public reçu pendant plus d’un demi-siècle par la reine Fabiola aille grossir l’escarcelle de l’Eglise catholique.

    Le CAL demande instamment aux autorités démocratiques de ce pays d’intervenir, si nécessaire en légiférant dans l’urgence, pour s’assurer que dans cette période de grave crise budgétaire où le peuple souverain est prié de se serrer la ceinture, l’argent qu’il a attribué à ses régnants pour garantir la pérennité de la Nation lui revienne de droit et vienne aider l’Etat à remplir ses obligations à l’égard des citoyens.

     

     

    Yves Kengen

    Attaché de Presse

    Directeur des publications

    Rédacteur en Chef Espace de Libertés

    Centre d’Action Laïque ASBL

    Tél: +322 627 68 14

    Mobile: +32 475 451 517

    Description : cid:image001.jpg@01CCD439.ABD9E4F0